Rechercher dans le blog

Le forum pour la thyroïde n'est désormais accessible qu'en lecture uniquement.

ATTENTION : je ne réponds pas par mail. Sauf UNIQUEMENT pour les enfants ou futures mamans. Donc c'est de l'ordre du très exceptionnel. Merci de votre compréhension.

Pour couper court à toute controverse : JE NE SUIS PAS MÉDECIN.
Les informations données ne le sont qu'à titre indicatif. Ces informations découlent de lectures et de recoupements de différentes revues, congrès, et sites médicaux sérieux.
C'est votre médecin qui reste avec vous, décideur de la marche à suivre.
compteur


lundi 4 janvier 2010

Constipation, prurit : quelques petits conseils pratiques.

La constipation.


Afin d'éviter ou améliorer une constipation, il existe quelques petites règles toutes simples. 

  1. Il faut boire en quantité suffisante, 1,5 L/jour conseillé, de l'eau riche en magnésium type Hépar, Courtmayeur,....
  2. Mastiquer longuement les aliments afin de favoriser l'apport de la salive qui aidera à la digestion et qui permet de en plus d'avoir un effet de satiété plus rapide, et ainsi cela peut limiter une prise de poids en mangeant trop.
  3. Manger des légumes et des fruits cuits et crus. Les fruits secs sont très appréciables mais attention toutefois car ils sont aussi très caloriques. 
  4. Manger des légumes riches en fibres : toutes les espèces de haricots dit en "en branche", courgettes, aubergines, tomates. 
  5. Éviter les légumes tels que : choux, bettes, céleris, oignons et champignons ainsi que les haricots féculents tels les flageolets. 
  6. Se présenter à selle même sans réel besoin. Faire travailler le sphincter. Des constipations sont effectivement souvent dues à une paresse sphinctérienne et la bonne façon de le rééduquer est de le stimuler par des poussées. On peut aussi le faire travailler par un mouvement simple de serrement et de relâchement. 
  7. Des massages circulaires sur le ventre en position couchée et/ou lors des selles peuvent aussi être très bénéfiques. 
  8. La marche et le vélo sont aussi très recommandés.



    Le prurit anal.

    Très désagréable, il survient souvent le soir ou la nuit et observe une accalmie la journée.
    Peut-être souvent présent lors d'hypothyroïdie et peut être soulager à la prise du traitement thyroïdien.

    Mais il y a des petits trucs afin de le supprimer et/ou de l'éviter.
    1. Se laver deux fois par jour, avec un savon doux ne contenant pas de détergent ou pain de savon ou dit surgras. Il faut bien rincer et sécher la zone en tamponnant ou avec un sèche cheveux. Surtout lorsque la zone est ulcérée, ne pas frotter. Ce nettoyage peut et doit être fait aussi après chaque selle, dès que c'est possible.
    2. Si la zone est ulcérée, on pourra utiliser de l'éosine afin d'aider à sécher la zone.
    3. Des pommades ou crèmes adaptées pourront aussi être appliquées. Votre médecin généraliste ou un proctologue pourront vous conseiller.
    4. Éviter les papier de toilettes colorés et parfumés. En effet cette zone de notre corps est très sensible à tous ces produits.
    5. Éviter les slips et plus précisément les fonds de slip synthétiques. Privilégier les slips en coton surtout lors des poussées importantes.
    6. Éviter également les slips et surtout les fond de couleur. Même problème que pour les papiers de toilette.
    7. Pour les femmes : éviter, les protèges slip, protections périodiques. Utiliser un tampon si possible le temps que le prurit soit éliminé.
    8. Éviter les slips et pantalons serrés.
    9. Éviter les boissons ou aliments irritants tels que : le chocolat, le café, le thé, l'alcool et les épices bien entendu.
    Remarque : penser à prendre un vermifuge au moins une fois par an et surtout justement en cas de prurit anal.

    En cas d'hémorroïdes

    Consulter le proctologue (gastro-entérologue) qui pourra traiter et surtout soulager de suite.

    Les différents traitements sont :
    • une ligature à élastique
    • une sclérose
    • incision ou excision de la thrombose hémorroïdaire
    • instauration d'un régime alimentaire ou remise en mémoire des choses à faire (ou manger) ou à ne pas faire (augmentation de prise de fibres) afin d'éviter la constipation. (Voir plus haut.)
    • prise de veinotoniques
    • anti-inflammatoires
    • antalgique périphérique
    Il existe encore d'autres traitements, qui peuvent être utilisés en fonction du praticien mais aussi de l'hémorroïde elle-même.

    Comment gérer sa journée ?

    Avec les maladies de la thyroïde et plus précisément l'hypothyroïdie quelqu'en soit son origine, ainsi que d'autres maladies invalidantes comme la "fibromyalgie" mais aussi la SEP, la polyarthrite rhumatoïde,....etc, il est très difficile de faire les activités que l'on faisait avant sans aucun problème.

    Ce que l'on faisait en 5 heures, se fait maintenant en plusieurs jours, voire semaines.

    Il faut penser à gérer les activités, pas uniquement sur la journée, mais à la semaine et donc même aussi au mois pour les plus atteintes.

    Alors avec un peu d'humour quelques conseils de base.

    Plusieurs attitudes qui vous aideront :

    Faire le ménage : A moins que vous n'ayez la chance d'avoir une femme de ménage, il faut bien se résoudre à le faire. http://suikoden.ch.free.fr/smiles/icon_decu.gif Et pour ne pas aggraver les douleurs, mieux vaut procéder par petites périodes de travail coupées de périodes de repos. http://yelims3.free.fr/Maison/Depoussierer.gif repos, http://yelims3.free.fr/Maison/LaverLesVitres.gif repos,  http://yelims3.free.fr/Maison/LaverLesSols.gif repos même après le lavage d'une pièce. Eviter de laver tout l'appartement en une fois,  http://yelims3.free.fr/Maison/RepasserLeLinge.gif repos,...... et ainsi de suite. Mais limiter la quantité de travail en une seule fois. Trop de travail sur une journée ou plusieurs jours d'affiliés peuvent vous mettre KO pour plusieurs jours voire semaines. http://yelims2.free.fr/DoDo/Dodo27.gif
    Travaillez doucement, sans stress. Ce qui n'est pas fait aujourd'hui sera fait demain. Et on ne culpabilise pas de de ce qui n'est pas fait. Si il y a des mécontents, donnez-leur le matériel.
    Lorsque vous voulez faire un gros ménage, ne le faites que dans une pièce à la fois et prenez la journée ou même deux jours si nécessaire.

    *****************

    Au super marché : http://yelims3.free.fr/Maison/FaireSesCourses.gif pensez que cela va vous prendre énormément de temps et surtout d'énergie. Les douleurs vont être importantes. Vous allez rester longtemps debout, faire du surplace dans les rayons et à la caisse, porter des choses qui seront lourdes,.... tout cela va contribuer à engranger de la fatigue. Donc un conseil : éviter de cumuler du ménage lors des journées de courses.
    N'oubliez pas que les petites choses du quotidien (http://yelims3.free.fr/Maison/PrendreSaDouche.gif http://yelims3.free.fr/Maison/AllerDansLeFrigo.gif cuisiner, faire la vaisselle  http://yelims3.free.fr/Maison/FaireLaVaisselle.gif (vive le lave-vaisselle !! ) et bien d'autres occupations, sont sources également de fatigue et de douleurs importantes.
    Et je pense surtout aux mamans qui ont des enfants en bas-âge, pour qui ce n'est pas facile du tout. A vous toutes, je vous souhaite l'aide de vos proches, du soutien et surtout de l'amour et de l'affection et de l'attention de vos proches. Cela permet de tenir. Courage à toutes et tous.

    *****************

    Nouveau matériel : Si vous en avez les moyens financiers, mieux vaut investir dans des appareils qui peuvent vous faciliter les tâches. Aspirateur, appareil à vapeur, centrale vapeur pour le repassage qui sera ainsi plus facile surtout si vous en avez beaucoup (peu de repassage ne nécessite pas ce type d'investissement), .....
    Pensez aussi aux petites lingettes pour les sols, pour les entre-deux lavages. Cela vous permettra de ne pas trop vous fatiguer et votre maison sera propre. Cela permet de rallonger le temps entre les gros nettoyages.


    *****************

    En conclusion :
    Prenez votre temps de faire les choses selon vos possibilités, votre force, mais n'essayez pas d'aller au-delà, sans quoi les lendemains risquent d'être douloureux à vivre.

    Voir le bon côté des choses. La seule chose qui doit être vraiment présente à l'esprit, c'est ce que vous avez réussi à réaliser dans la journée et pas ce que vous n'avez pas pu faire. Et pour cela il faut ...

    ...Connaître et reconnaître les priorités. Faites en premier les choses qui sont absolument nécessaires, celles qui ne tolère aucun retard.

    Variez les activités. Que ce soit des corvées ménagères ou des choses plus agréables. Si vous faites de l'ordinateur, faites ensuite un travail ou vous serez debout.

    Des activités au quotidien. Le manque d'activité peut aggraver les douleurs. vous dormirez moins bien et on sait que le sommeil a une importance capitale dans les douleurs. Donc bougez un minimum.

    Un planning ? N'en faites que si vous êtes sure de pouvoir le tenir. Car un planning non tenu peut démoraliser.

    La thyroïde en question dans le diagnostic de la fibromyalgie.

    A force de constater que bien des personnes diagnostiquées fibromyalgiques ont soit eu des résultats d'analyses pour la thyroïde dont les médecins n'ont pas vraiment tenus compte, car résultats dans les normes du laboratoire, ce qui satisfait bien trop souvent les médecins, ou soit que ces examens n'ont pas été fait du tout alors qu'ils sont recommandés par l'Académie de Médecine, ou soit ils n'ont pas été assez complets, je fais ici une petite mise au point.

    Donc pour être bien sûr qu'en fait de fibromyalgie, il ne soit pas question d'une hypothyroïdie et/ou d'une thyroïdite d'Hashimoto qui je le précise donnent toutes les deux, les mêmes symptômes que la fibromyalgie, je vais donner quelques explications.

    Les examens de la thyroïde pour qu'ils soient complets, doivent comporter : TSH, T3L, T4L + anticorps antithyropéroxydase dit aussi anti TPO + les anticorps antithyroglobuline dit aussi anti TG.

    La TSH :
    La nouvelle norme maximale internationale est fixée 2,5 UI/l depuis septembre 2004. Les laboratoires comme bien des médecins généralistes ou endocrinologues n'en tiennent pas compte.
    Certains laboratoires ont cependant fait un effort en diminuant la norme maximale à 3 ou 3,3 ou 3,5 au plus. Ce qui rapproche déjà un peu.

    De plus, il est très important de savoir que la TSH même dans les normes du labo n'est pas significative à elle seule.
    La TSH est une hormone de l'hypophyse qui permet de stimuler la thyroïde pour qu'elle produise plus d'hormones ou au contraire, lui dire de ne plus en produire.
    La TSH n'a aucune activité en dehors de celle-là.
    La TSH peut aussi donner une indication erronée, puisque l'hypophyse a elle-même ses propres dysfonctionnements qui peuvent venir perturber les indications qu'elle donne. La TSH peut indiquer par exemple, une hyperthyroïdie, (elle sera basse), alors qu'en fait la personne va décrire des symptômes d'hypothyroïdie et les hormones d'ailleurs démontreront que c'est bien le cas, elles seront elles basses.

    Les hormones :
    Les T4 sont une "réserve" d'hormones que la thyroïde fabrique en très grande quantité.
    Les T3 sont produites en très petite quantité par la thyroïde, la plus grosse part étant apportée par la conversion de la T4 ce qui se fait surtout par le foie, mais également toutes les cellules. Une petite partie de cette conversion est aussi obtenue par le cerveau, les intestins, les reins.
    La T4 n'est donc pas une hormone active mais elle peut induire certains symptômes dit hypers si elle est trop haute par exemple.
    Seule la T3 est vraiment active. Et si on veut quantifier son activité par rapport à la T4, elle 5 à 8 fois plus active que la T4.  La T3 est nécessaire à chaque cellule de notre organisme pour que cette cellule puisse jouer pleinement son rôle.

    Les médecins, ont la fâcheuse tendance de dire que tout est correct à partir du moment où les résultats sont dans les normes du laboratoire. Effectivement on pourrait aussi le penser mais il n'en est rien du tout.

    La TSH donc peut donner une mauvaise indication comme expliqué plus haut, mais aussi peut donner la tendance sans pour autant dépasser la norme du laboratoire. Car nous sommes tous et toutes différents et que notre hypophyse également peut fonctionner différemment.
    Donc les normes du laboratoire ne doivent qu'être indicatives mais pas être interprétées au chiffre près.
    Car en fait chacun d'entre nous à SES propres normes. 

    Une TSH qui est plus vers la minimale indiquera donc une tendance à l'hyperthyroïdie.
    Une TSH qui est plus vers la maximale indiquera donc une nette tendance à l'hypothyroïdie.
    Pour mieux comprendre le fonctionnement : Petit cours d'endocrinologie.

    Mais ensuite, il faut tenir compte des hormones qui elles donneront vraiment la direction à suivre, ainsi d'ailleurs que les symptômes.
    Et là il faut tenir compte, si les T4 sont élevées et les T3 basses on est dans le cadre d'un hypo dite à T3. On peut avoir aussi l'inverse et là alors il s'agit d'une hyper à T3. Le problème est alors surtout la conversion qui n'est pas suffisante ou alors trop importante.
    On peut aussi avoir les deux hormones très basses sous la minimale ou supérieures à la minimale mais alors très proches. Exemple : normes labo : 2 à 4,4 et le résultat est de 2,3. Si un tel résultat est celui des T3, on peut alors considéré qu'on est ici face à une hypo. Et même si le résultat est dans les normes.

    Je ne donnerais ici que les symptômes de l'hypothyroïdie ou maladie d'Hashimoto (ce sont les mêmes en fait), c'est surtout elle qui nous intéresse, puisqu'elle est la plus proche des symptômes décrit pour la fibromyalgie. Mais on peut retrouver une tendance avec une hyperthyroïdie, mais c'est beaucoup plus rare.
    • Fatigue extrême
    • Constipation
    • Douleurs articulaires
    • Douleurs musculaires
    • Frilosité
    • Prise de poids malgré une perte d'appétit
    • Acouphènes
    • Palpitations cardiaques (qui ne sont pas retrouvées uniquement en hyperthyroïdie)
    • Cholestérol élevé
    • Apnées du sommeil
    • Diminution importante de la concentration intellectuelle
    • Lenteur intellectuelle
    • Perte fréquente de la mémoire proche
    • État dépressif
    • Crampes musculaires et orteils
    • Syndrome sec
    • Syndrome des jambes sans repos ou membres sans repos
    • Chute des cheveux
    • Ongles cassants et striés
    • Insomnies
    • Douleurs pharyngées (type angine)
    Il en existe bien d'autres mais ceux-ci sont les plus courants.

    Les anticorps :
    Permettent de savoir si il y a ou pas la maladie d'Hashimoto qui est une maladie auto-immune.
    Le bilan hématologique montre alors aussi des lymphocytes élevés, mais pas toujours.
    La maladie comporte les mêmes symptômes qu'une hypothyroïdie qui peuvent donc être ressentis et ce même si les taux thyroïdiens donc TSH, T3L et T4L sont eux parfaitement dans les normes. La présence seule des anticorps l'un ou l'autre et encore à plus de raisons les deux, peut justifier les symptômes.
    Et donc il ne sera pas question ici de fibromyalgie mais bien de dysfonctionnement thyroïdien.

    Donc si vous n'avez pas eu les examens complets cités plus haut, demandez-les à votre médecin.
    Si les résultats montrent effectivement des irrégularités, une échographie thyroïdienne devra être faite afin de vérifier si il existe ou pas la présence d'un goitre et de nodule(s).

    Le traitement thyroïdien adapté devrait normalement très rapidement voir la plupart des symptômes diminuer voire même disparaître.

    Attention toutefois, dans le cadre d'une hypothyroïdie et d'une maladie d'Hashimoto, on peut aussi très souvent trouver une insuffisance ou pire carrément une carence en vitamine D.
    Cette insuffisance ou carence va accentuer les symptômes de la dite fibromyalgie ou de la maladie thyroïdienne et surtout renforcer les douleurs.
    Un traitement substitutif permet alors d'améliorer la symptomatologie douloureuse et ceci sans l'aide de traitement type Lyrica  ou Cymbalta aux effets secondaires très nombreux et nocifs.
    Demandez à votre médecin un contrôle de cette vitamine D, trop souvent ignorée et pourtant à l'origine de bien des problèmes également.

    Un lien très important rédigé par un médecin grand spécialiste des hormones : T3-Induced Recovery from Fibromyalgia by a Hypothyroid Patient Resistant to T4 and Desiccated Thyroid*
    Pour les personnes qui ne connaissent pas suffisamment l'anglais, voici le même article mais traduit par google : T3-Induced Recovery from Fibromyalgia by a Hypothyroid Patient Resistant to T4 and Desiccated Thyroid*

    Ce que tout bon médecin devrait se rappeler !

    Pourquoi ce blog ?

    Ma photo
    Valenciennes, Nord, France
    Je suis atteinte de la maladie d'Hashimoto et d'un syndrome de Gougerot-Sjögren secondaire. Je me suis intéressée de très près à la thyroïde et me suis rendue compte que beaucoup de personnes malades également ne savaient rien sur cette petite glande. D'où l'idée de créer un blog qui l'explique simplement. Depuis mars 2011, un forum est associé au blog afin de mieux aider les internautes.

    Archives.